Allocution de Jean-Claude Millot

Jean-Claude Millot, maire de Vittel

 

Madame la Présidente, chère Corinne Sonnier, – permettez-moi tout d’abord de vous féliciter pour votre brillante nomination –, messieurs les Vice-présidents, monsieur le Vice-président du Conseil général, mesdames et messieurs les directeurs de bibliothèques, sachez que c’est pour moi un réel plaisir que d’être parmi vous aujourd’hui.

Ceux d’entre vous qui ont visité la bibliothèque ont pu voir à quel point la ville de Vittel est attentive à la culture. Notre ville de 6 200 habitants, avec un budget relativement important grâce aux retombées de l’eau minérale et au casino, compte des structures importantes (un palais des congrès, en délégation de service public, la salle de l’Alhambra, restaurée il y a trois ans, la médiathèque qui a bénéficié d’aides conséquentes du Conseil général et de la DRAC).

Aimant beaucoup les livres, j’admire votre métier et vous raconterai à ce sujet une anecdote personnelle. Alors chef d’une entreprise d’une cinquantaine de personnes, j’ai eu la chance de travailler dans le monde entier et, à la suite de contacts avec l’Unesco, j’ai été amené à réaliser un devis pour restaurer un des 4 bâtiments de la bibliothèque Lénine à Moscou. J’ai travaillé 2 jours pour faire des relevés dans un bâtiment dans lequel il y avait 40 millions de livres. Je n’ai pas eu la chance de faire le travail mais nous avons tout de même fourni du matériel ! J’ai découvert une bibliothèque fabuleuse avec une machine pour désinfecter les livres. La directrice, une veille dame que nous surnommions le professeur Tournesol, gagnait environ un million de roubles par mois (l’équivalent de 150 euros)…

J’espère que vous saurez faire la promotion de la ville de Vittel et que vous aurez envie d’y revenir. Cette ville s’est réellement développée depuis 1853, grâce à Monsieur Louis Bouloumié, avocat, ennemi de Napoléon 3. En cure à Contrexéville, après avoir été en prison en Espagne, il apprend l’existence d’une source à Vittel, dans un pré plein de roseaux. Il a acheté la source et, très rapidement, construit un petit établissement thermal avec 2 baignoires, puis vendu de l’eau en bonbonnes, dans des bouteilles en grès, puis en verre. De générations en générations, la famille Bouloumié a su développer Vittel, créer des hôtels, une galerie, un casino, des salles des fêtes. Ce développement s’est poursuivi jusqu’au années 1935, puis a été freiné par la Seconde Guerre mondiale. Après celle-ci, de nombreux hôtels ont été fermés, deux d’entre eux ont été transformés en hôpitaux, d’autres vendus en copropriété. Dans les années 1990, Nestlé, à son arrivée à Vittel, s’est complètement désengagé de ce qui n’était pas la vente de l’eau et a revendu les hôtels restants au Club Méd’ et l’établissement thermal au groupe Partouche.

Ma volonté est redonner à Vittel le dynamisme thermal qu’elle a connu auparavant et relancer ainsi le développement économique de notre collectivité.

Brèves

Retrouvez nous sur Facebook

Pour ne manquer aucune actualité de l'ABD, rejoignez-nous sur Facebook

 

Liste de diffusion ABD

Entrez dans la communauté d'échanges des BD.

Lire la suite