Bibliothèques 2040

Rob Bruijnzeels, Association des bibliothèques publiques néerlandaises
Traduction française de Suzy Rousselot

 

Fin 2000, la centrale des bibliothèques de la province de Brabant du Nord fêtait sa quarantième année d’existence.
Au lieu de jeter un regard mélancolique sur le passé, la centrale a décidé de regarder vers l’avenir.

L’objectif ?

Par ces temps de changement, proposer au monde des bibliothèques des idées, des fantasmes et des projections. Beaucoup de certitudes concernant le travail des bibliothèques ont disparu.
La lecture ne va plus de soi, à cause notamment du développement des médias électroniques. Il existe même des prophètes de mauvais augure, qui annoncent la fin du livre, puisque les TIC changent tout.
La bibliothèque a-t-elle encore un avenir , ? De bonnes stratégies orientées vers le futur sont-elles encore possibles ?
Ce qui est sûr, c’est que les bibliotèques ont besoin d’enthousiasme et d’imagination. C’est pourquoi la centrale des bibliothèques ne regarde pas 40 ans en arrière, mais 40 ans en avant. Il ne s’agit pas d’un exercice de science-fiction, il s’agit de proposer une vision créative pour l’avenir des bibliothèques. Car c’est le défi, c’est l’avenir, et c’est dans l’avenir que se trouve la réponse au présent.

Osons un regard vers le futur

Vivrons-nous l’an 2040 ?

La plupart des visions du futur essaient de prévoir les évènements susceptibles de se produire.

Le passé extrapolé : le futur probable

Au centre du projet " Bibliothèques 2040 " se trouve l’avenir des bibliothèques publiques. La plupart des visions de l’avenir essaient de répondre à la question " quels évènements sont-ils susceptibles de se produire ? ". Ce faisant, elles décrivent l’avenir vraisemblable, l’avenir qui deviendra la réalité si on continue, pour répondre à des objectifs donnés, de développer les tendances et les réalisations actuelles.

Le présent projet concerne un avenir désiré...

Il s’agit là d’un avenir , dans lequel nos idéaux, nos rêves et nos souhaits sont aussi pris en compte

" L’avenir que nous voulons,, doit être inventé, sans quoi nous aurons un avenir que nous n’avons pas voulu "(Joseph Beuys)

2040 :Toile de fond

Dès lors qu’il s’agit de la configuration de la bibliothèque du futur, il ne s’agit plus d’améliorer ou de moderniser. Il s’agit de renouveler et de transformer. Les temps ont changé et la bibliothèque n’a pas besoin d’un lifting de la cinquantaine, elle est mûre pour un renouvellement complet de sa conception.
Et c’est là que l’imagination est aussi importante que le management, la compétence technique et le marketing... Il serait bon que le flot d’idées provoqué par la projet 2040 ne se tarisse pas, et qu’il mène à de continuelles initiatives nouvelles.

Les postulats de départ...

Que vive le livre !
La bibliothèque traditionnelle disparaît...

Les 7 bibliothèques de l’avenir : réinventer le futur

Le projet pose le préalable qu’il existera toujours des livres. Pourquoi ?

Tout simplement parce-que cela nous convient. De la même manière que vous pouvez aller à pied, alors que vous pourriez vous déplacer en voiture, en bus ou en tram. Tant que nous continuerons à nous déplacer à pied, il y aura aussi des livres.

Et des bibliothèques ?

En 2040, il n’y aura plus de bibliothèques traditionnelles. A leur place, il y aura de belles bibliothèques de l’avenir toutes neuves. A quoi ressembleront-elles ?

Nous avons décidé de défier la créativité des bibliothécaires, pour assurer l’avenir des bibliothèques. Il nous paraissait important de ne pas développer seulement des fantasmes pour le futur, pour ne pas provoquer chez les bibliothécaires, ainsi qu’auprès du public, des réactions comme " superbe idée, mais est-ce que ça fonctionne ? " C’est pourquoi nous avons décidé de réaliser 7 bibliothèques de l’avenir, en partenariat avec les bibliothèques publiques de la province de Brabant. Cela nous permet aussi de montrer que l’avenir peut être séduisant, plein de défis... et réalisable.

Les 7 bibliothèques de l’avenir...

Hôtel Alphabet
Bibliothèque d’amis
Bibliothèque des hormones
Bibliothèque des partisans
Bibliothèque de survie
La bibliothèque virtuelle de l’avenir
Brabantbibliothek

Hotel Alphabet

Joost Swarte (1947) s’est fait un nom sur la scène internationale en tant qu’ illustrateur et designer, grâce à son œuvre originale, personnelle et diverse. Cette œuvre comprend des dessins, des bandes dessinées, des couvertures de livres, des pochettes de CD, des affiches, des timbres, des cartes téléphoniques, mais aussi des bâtiments, des meubles et des vitraux. Il aime s’inspirer de textes littéraires.

Swarte a dessiné la bibliothèque comme L’hôtel Alphabet. La bibliothèque traditionnelle de lecture publique est le hall de l’hôtel. Selon Swarte, la bibliothèque de lecture publique n’est pas un lieu statique, où des livres demeurent longtemps, mais un bâtiment dynamique, avec des allées et venues continuelles de livres. Le développement de cette idée mène à l’image du biotope d’un grand hôtel, toujours ouvert, à l’anonymat agréable, et accueillant. On peut y manger, faire la fête, faire le deuil, convenir de rendez-vous, etc. L’hôtel est une petite ville complète et autonome.

" J’ai pensé à la bibliothèque comme à un lieu de passage pour les livres. C’est alors que l’idée du hall d’hôtel m’est venue : de nouveaux hôtes arrivent, des hôtes s’en vont, qui reviendront peut-être plus tard. Dans le fond, on peut comparer cette situation avec la fonction d’une bibliothèque. Et comme ce sont des lettres de l’alphabet qui entrent et qui sortent, j’ai mis à toutes les personnes dans le hall de l’hôtel une tête formée par une lettre de l’alphabet "

On trouve une image semblable dans l’hôtel du Brabant traditionnel " Van der Valk " à Vught : ouvert 24h sur 24, non bureaucratique, et disposant d’un hall où le client est reçu dans des fauteuils confortables près d’une cheminée à feu ouvert, où on lui propose de bons livres. Il va donc de soi que c’est là qu’on propose à Joost Swarte d’installer son Hôtel alphabet.

Dans l’hôtel alphabet, les dos des livres sont importants. Les livres sont présentés côte à côte sur des rayonnages. Leurs dos sont réalisés de telle façon que réunis, ils représentent, avec leur étagère, un grand livre. Ainsi le lecteur peut se servir lui-même et remettre les livres en place.

" Je ne trouve pas qu’il va de soi de mettre côte à côte deux auteurs, simplement parce que le hasard veut que leurs noms commencent par la même lettre. Il faudrait par exemple mettre côte à côte des auteurs ayant en quelque sorte une parenté artistique, ou bien on classe les livres par genre. Les livres devraient, comme sur un marché aux puces, être mélangés, et pouvoir être trouvés grâce à des stratégies de recherche informatisées. Il n’est pas bon de ne trouver que ce que l’on cherche. La bibliothèque doit surprendre "

D’après Joost Swarte, les genres suivants doivent se trouver dans une bibliothèque d’hôtel : des livres de cuisine, des livres pour voyager, des bandes dessinées et des encyclopédies... " des livres de cuisine, parce que dans un hôtel on mange aussi, et que manger est important. Les habitants des Pays-Bas ne le comprennent pas assez. Les livres de cuisine ont deux fonctions : on peut se concentrer sur la nourriture avant d’aller manger, et du coup on a une faim dévorante. Un bon hôtel se doit évidemment de proposer des livres de voyage. Et le choix des bandes dessinées correspond en fait à ma propre préférence ".

Pour chaque rayonnage et le genre qu’il abrite, Swarte a dessiné un pictogramme. Ce pictogramme se retrouve aussi sur le signet présent dans chaque livre. Le pictogramme raconte des petites histoires subtiles. Les visiteurs de l’hôtel ont largement utilisé la bibliothèque Swarte pendant les quatre semaines de son ouverture. Un détail remarquable : bien qu’il n’y ait eu aucune surveillance, aucun livre n’a disparu. Mais les signets ont été emportés en tant qu’objets de collection dans un temps record.
Hotel Alphabet était la première bibliothèque des Pays-Bas à être ouverte nuit et jour, et sept jours par semaine.

Bibliothèque d’amis

La bibliothèque de lecture publique de l’avenir sera réalisée sous forme d’un réseau de nombreuses bibliothèques personnelles, dans lesquelles nous nous retrouvons dans une ambiance conviviale et intime autour d’un bon verre de vin pour une bonne discussion sur un bon livre. Dans cette bibliothèque, les livres ne sont pas seuls au premier plan, mais bien plus l’expérience de la lecture. Elle se trouve au domicile de lecteurs, et n’est donc accessible que lorsque l’hôte en ouvre les portes. Des habitants connus et moins connus du Brabant ont mis à disposition leur bibliothèque pendant une soirée pour une discussion à propos de livres. Selon les souhaits, un écrivain, un auteur ou un conteur brabantois pouvaient participer à la soirée. Les hôtes ont bien évidemment choisi eux-mêmes leurs invités. Quelquefois on accueillait aussi des curieux.

Bibliothèque des hormones

Les années 1990 sont-elles différentes des années 80, 70, ou de celles d’avant ?

J’émets là quelques doutes. Peut-être avions-nous autrefois moins d’amis, des parents plus discrets, et des grands parents qui n’étaient jamais partis au ski.

Mais nous étions les mêmes bêtas que ceux qui nous ont suivis, et nous étions tout aussi jeunes que ceux qui le seront d’ici 50 ans ...

Nous étions condamnés à vivre. Nous avons été petits, avons grandi, avons été jeunes, et un beau jour nous étions vieux, quel que soit notre âge. Je crois que nous étions tout simplement des humains.

Quand on a plus de 18 ans, il existe un passé et un avenir.
Quand on a moins de 18 ans, ce n’est pas le cas. Et ce n’est pas nécessaire.

Les jeunes sont les seuls qui savent vivre dans le présent, de façon si intense que cela apparaît comme incompréhensible et effrayant, mais aussi émouvant et fragile.

Quand on a plus de 18 ans, et quand l’effet des hormones devient moins violent, il devient moins évident de trouver sa voie dans le présent. Alors naît le besoin de comprendre le présent.

Pour comprendre, la distance est nécessaire. Cette distance, on la trouve dans le futur et dans le passé. On ne peut pas dire que le passé et l’avenir existent réellement. Ce sont des constructions qui aident les plus de 18 ans à mieux comprendre le présent.

La bibliothèque des hormones reflète le vécu inchangé des pubertaires de l’année 2040, dont la témérité, la solitude, la soif d’apprendre et la découverte de l’amour resteront les éléments importants.

Depuis toujours, la puberté, c’est la recherche de soi-même.
Ce sera pareil pour les générations futures.
A la phase entre l’enfance et l’âge adulte correspondent des manifestations émotionnelles comme le changement d’humeur, les accès de colère et l’agressivité, le rêve et le désir de s’isoler ou celui de se distinguer, l’être amoureux et la découverte de la sexualité. Les hormones en fait !

La bibliothèque, ici, a la forme d’une plate-forme émotionnelle, qui permet aux adolescents de l’utiliser en fonction de leurs rapides changements d’humeur.
La bibliothèque des hormones présente quatre terrains de vie : l’amour, l’imagination, l’extraversion, la colère. Ces thèmes furent traités par des étudiants de 2e et 3e année de l’Arts and Crafts College à Eindhoven, une école supérieure de design.

Que la première bibliothèque hormonale ait été créée à Oss, n’est pas un hasard. L’entreprise Organon, qui produit des hormones synthétiques, y a son siège. C’est ainsi qu’on peut qualifier la ville d’Oss de ville hormonale des Pays-Bas. Ainsi donc, il y a une bibliothèque hormonale dans une ville hormonale.

La bibliothèque des partisans

Huit enfants ont campé pendant 4 jours sur le territoire du Fort de Hel. Leur objectif était d’imaginer une bibliothèque pour le futur.

On dit de ce futur que ce sera un temps où on pourra tout lire et où aucun livre ne sera plus interdit.

C’est pourquoi, dans la bibliothèque, le pouvoir d’attraction de l’interdit doit être remplacé par le mystère de ce qui est caché. Cette bibliothèque a été cachée dans la campagne de la ville de Moerdijk.

Les livres défendus ont eu depuis toujours un grand pouvoir d’attraction. Ils sont l’expression de la résistance et de la liberté, et donc par définition, ils sont attirants.

S’il s’avère vrai que dorénavant on pourra tout lire, et qu’aucun livre ne sera interdit, alors le désir de lire disparaitra. Pour conserver le mystère et la transgression, il doit y avoir des bibliothèques secrètes.

C’est pourquoi les livres de la bibliothèque de survie ont eux aussi été cachés dans un parc naturel et les huit enfants ont caché leur bibliothèque des partisans dans des lieux secrets de la commune de Moerdijk. Les enfants ont constitué leur bibliothèque des partisans à partir de leur vécu de lecteurs et de leur imagination. Ils devinrent les bibliothécaires de leur propre bibliothèque et n’ont dévoilé le secret de leur cachette qu’à d’autres enfants, du moins au début.

Et c’est ainsi que l’aventure commença : un mélange de vécu de lecteur et de fragments de " le livre défendu " réinventé par les enfants dans le Fort de Hel.
Chacun des quatre jours a été nommé :

le jour du fil rouge,
le jour du combat contre le courant,
le jour des penseurs et des inventeurs et...
le jour de l’espoir.

Les enfants ont transcrit leurs aventures dans de petits livres rouges, et constitué ainsi leur bibliothèque. Ils sont devenus les bibliothécaires de leur propre bibliothèque. Ils n’ont révélé les cachettes de leurs livres qu’à d’autres enfants, et ce n’est qu’au bout d’une semaine, que les adultes ont appris où se trouvait la bibliothèque.

La bibliothèque de survie

Celui qui aime éclaircir des mystères et résoudre des énigmes, ne doit pas manquer ce jeu.

Cherchez les caisses de livres qui ont été cachées dans les bois et les marécages autour d’Oisterwijk, dans le parc naturel Kampina, et dans de nombreux bâtiments.
Découvrez les sceaux particuliers qui se trouvent dans chaque caisse, et collectionnez-les dans votre cahier d’aventures. Y a-t-il rien de plus beau que de rêver à partir d’un petit bouquin de la caisse, au milieu de la nature ?
La bibliothèque de survie, avec son parcours de recherche des caisses de livres convient aux jeunes et aux vieux. Selon les besoins, elle peut être aventureuse ou apaisante.

Des indications cryptées dans le cahier d’aventures indiquent le chemin vers les caisses de livres. Une carte de randonnée, une boussole et un peu de flair sont des outils indispensables.

Bibliothèque virtuelle de l’avenir

" Ce n’est pas vrai que je ne me souviens de rien. J’ai encore des souvenirs. Ils sont cachés dans les circonvolutions de mon cerveau, dans le sable humide, qui lentement tombe dans le lit du fleuve de ma mémoire... "

Les colonnes des premiers temples ressemblaient à des bouquets de roseaux. On ne savait pas encore à quoi doit ressembler un temple en pierre.

Les premières automobiles étaient des calèches avec un moteur. L’auto n’avait pas encore d’identité propre.

La future bibliothèque virtuelle peut être vue sur l’ordinateur. Nous ne connaissons pas encore le support qui lui serait propre.

Dans la plupart des conceptions actuelles de bibliothèques numériques, les moyens techniques, la fonctionnalité et la transparence sont mises en avant. Notre bibliothèque numérique ne se concentre pas sur la technologie, mais crée un monde dans lequel les notions d’ordre, de chaos et de communauté ont une nouvelle signification. La source d’inspiration est une citation d’Italo Calvino :

Ce n’est pas vrai que je ne me souviens de rien. J’ai encore des souvenirs. Ils sont cachés dans les circonvolutions de mon cerveau, dans le sable humide, qui lentement tombe dans le lit du fleuve de ma mémoire...

Dans notre effort pour nous souvenir, nous tournons autour de conservatoires de la pensée, dirigés par des associations d’idées et des émotions. Ensemble, nous transmettons au monde une mémoire collectivre... Ainsi la bibliothèque virtuelle du futur prend en compte les valeurs de la bibliothèque traditionnelle, car nous sommes les meilleurs archivistes de notre temps. La bibliothèque virtuelle ordonne nos souvenirs sous la forme d’une spirale fractale.

La technique rend le chaos possible dans la bibliothèque, comme dans un théatre virtuel. Ensemble, nous transmettons au monde la mémoire collective : à la surface nos associations d’idées actuelles, et de façon latente dans les couches inférieures... les traces des Grecs anciens.

La bibliothèque du Brabant

La bibliothèque du Brabant est de toutes façons la bibliothèque du Brabant de l’avenir. Elle a été conçue d’après une idée de Winy Maas, du bureau d’architecture MVRDV. Maas est devenu en peu de temps l’un des architectes les plus connus des Pays-Bas. Il a conçu notamment la villa VPRO, bâtiment de la télévision VPRO, et le pavillon des Pays-Bas à l’Expo 2000 à Hanovre, qui a suscité beaucoup d’émoi.

Equipement de la Bibliothèque de Brabant

Le modèle actuel de la bibliothèque de lecture publique ne permet plus de dominer l’énorme production de livres.
En raison de l’urbanisation et de la densité croissante de population, le besoin de livres sur les thèmes les plus variés s’accroît.

Les bibliothèques de lecture publique existantes ne répondent pas à la demande d’encyclopédisme ou de l’encyclopédisme par spécialisation

Un encyclopédisme ou une spécialisation incomplets entraînent des déficits et handicapent l’attractivité et le caractère concurrentiel par rapport à d’autres bibliothèques.

Qui ne connaît pas ce sentiment d’avoir déjà lu tous les livres qui nous intéressent, et cette déception d’être arrivé au bout, alors même que nous suggérions au début de cet exposé que les livres étaient une source inépuisable de plaisir, de sagesse et de connaissances. Winy Maas, dans sa conception de la bibliothèque du Brabant, est parti du postulat que les bibliothèques actuelles ne sont plus à la hauteur de l’énorme production de livres. De plus, avec l’urbanisation et la densité croissante de population, le besoin de livres sur les thèmes les plus variés s’accroît. Maas étudie une conception décentralisée, qui oppose aux développements virtuels et à l’appauvrissement qualitatif, une alternative attractive. Il conçoit la bibliothèque du Brabant comme une bibliothèque centrale qui soit aussi une bibliothèque de prêt , avec une offre très large et donc appropriée.

Dans ces conditions, est-il encore sensé de maintenir le concept existant ?
Le moment ne serait-il pas venu de redéfinir les contenus des collections existantes et futures de la bibliothèque du Brabant du nord ?

La bibliothèque du Brabant abrite :

Collections :Un fonds de 4,7 millions de livres et d’autres documents (de A à Z) : chaque année 470 000 livres neufs

Réserve : la collection s’accroît chaque année de 3500 volumes Quotidiens et périodiques : 1500 abonnements au moins

Usagers : 700 000 habitants du Brabant 24,7 millions de prêts (soit sur 365 jours d’ouverture environ 68000 prêts par jour) 11,2 millions de visiteurs ( soit 30750 visiteurs par jour sur 365 jours )

Budget d’environ 45 millions d’euros par an

Équipements de la bibliothèque du Brabant

Parking, gare ferroviaire et routière

Salles des périodiques, de lecture et de travail (2000 visiteurs par jour)
Café internet pour 1000 personnes et théatre (300 places)
Salles d’exposition (surface globale : 1000 m2)
Une ou plusieurs salles de repos (150 personnes)
Un ou plusieurs grands cafés (2500 visiteurs par jour)
10 salles de formation et 10 salles publiques de réunion
Un grand espace central de rencontre (un hall -lounge)
Salles de travail et de réunion pour 200 collaborateurs
Autres équipements : une agence bancaire, un supermarché, une librairie

Et pour finir : la bibliothèque du Brabant comme centrale de prêt au service de toutes les autres bibliothèques

La bibliothèque du Brabant rassemble les fonctions bibliothéconomiques et les collections de toute la province, et les héberge dans un seul endroit. Ainsi naît une bibliothèque gigantesque et complète de 5 millions de livres environ.

A chaque village, sa propre bibliothèque, tel était le credo du 20e siècle. A cause des moyens financiers réduits, la plupart des collections sont modestes, peu diversifiées, voire identiques, mais avant tout médiocres...

Le nouveau paysage bibliotheconomique
La bibliothèque du Brabant n’est pas seulement une bibliothèque publique, mais aussi une centrale de prêt pour des sites décentralisés. La demande de livres peut être augmentée, si des fonds petits mais choisis sont présentés dans les lieux modernes de rencontres comme les cafés, les salles d’attente de médecins, les écoles, les mairies, les stations service. Avec sa carte de bibliothèque, on peut y lire, regarder, emprunter des livres, et même en acheter.

Bibliothèques Xtrêmes...

La Bibliothèque du Brabant Sur le marché actuel des loisirs, avec ses offres spécialisées et ses clients mobiles, les bibliothèques publiques sont en concurrence avec les musées, IKEA et le parc de loisirs " De Efteling ".
Par la concentration de tous les fonds dans un seul endroit, une bibliothèque gigantesque et complète est constituée, qui soit à la hauteur d’autres collections en Europe ; une bibliothèque dans laquelle on peut trouver toutes les informations, et un espace pour la rencontre et la surprise, une bibliothèque si spectaculaire et excitante qu’elle émet une force d’attraction aussi puissante qu’un aimant.

Dans la compétition pour les loisirs des consommateurs, la Bibliothèque du Brabant propose une réponse provocatrice et de grand style.

Certains usagers préfèrent une organisation systématique et ordonnée de la bibliothèque, d’autres préfèrent une vaste bibliothèque qui invite à la promenade et à la flânerie. La bibliothèque du Brabant réunit les deux. L’ordonnance strictement alphabétique de la " ville alphabet " permet le classement et la vue d’ensemble. Toute la collection est rangée alphabétiquement de A à Z. On trouvera les nouveaux titres sous la lettre N, la littérature enfantine sous E, les livres d’histoire sous T (comme le temps) et les livres de voyage sous V.

A côte des ascenseurs et des escaliers, on trouvera 800 cubes de verre, qui peuvent bouger horizontalement et verticalement à l’intérieur de la bibliothèque et sur la façade extérieure.
Ainsi le visiteur peut butiner dans toute la collection slon l’ordre qu’il veut , dans on propre cube.
Certains cubes sont aménagés en salle de réunion ou en mini lounge. Un système de navigation empêche les collisions.

Le fonds peut continuer à s’agrandir, puisqu’on peut "évider" le bâtiment vers l’intérieur et vers l’extérieur.
La spirale peut aussi être étirée : la tour devient alors plus haute et les livres grimpent lentement vers le haut. Ainsi nait une forme de tour de Babel en extension constante.

Spijkenisse Public Library

Les leçons (actuelles) du projet La fonction de la bibliothèque publique, source d’information et d’inspiration pour tous, restera

Des caractéristiques anciennes changent : la bibliothèque physique de l’avenir ressemblera dans sa structure et son apparence à la bibliothèque numérique

La bibliothèque du futur ne sera sera plus liée à des frontières géographiques, espace et fonction sont plus importants que le lieu d’implantation

Le rôle de l’usager changera fortement : l’usager de l’avenir ne sera pas seulement consommateur, mais un partenaire compétent ou un spécialiste.

Dans la construction du réseau, la coopération et le partenariat iront de soi.

Des concepts comme grand et petit seront dépassés de ce fait, et la bibliothèque peut apparaître sous des formes différentes dans de nombreux endroits.
Dans le fonctionnement traditionnel des bibliothèques, l’usager est considéré avant tout comme le client qui a une question à poser, question dont la bibliothèque détient la réponse. La bibliothèque des hormones ou des partisans montre qu’il peut en être autrement. Des enfants et des jeunes imaginent leur propre bibliothèque et la réalisent . Ils en ont été les inspirateurs, les architectes et les bibliothécaires. L’amateur devient le spécialiste de l’information, et l’enfant le bibliothécaire. A l’avenir, la bibliothèque organisera et structurera le savoir et les connaissances de ses lecteurs.

Nouveaux projets

Une expédition culturelle de plusieurs jours, pour découvrir des lieux pour une nouvelle bibliothèque.

La bibliothèque des 100 talents : un concept élaboré avec et par des enfants pour l’aménagement et la conception d’une bibliothèque pour la jeunesse

La bibliothèque des 100 talents

l s’agit de travailler sur la bibliothèque de la jeunesse, indépendamment des modèles hérités... Où que l’on aille, on voit des répliques des bibliothèques pour adultes. Classification, rayonnages, banques de prêt , tables et chaises, tout est une copie exacte mais en taille réduite des sections pour adultes.

En fait il s’agit d’un jeu de modèles réduits imaginé par les adultes. mais on peut faire différemment , et mieux. Les enfants de la bibliothèque des partisans ont montré que les adultes ne sont pas les personnes adéquates pour réaliser une bibliothèque enfantine

La jeunesse dispose maintenant de logiciels différents Jusque dans le milieu des années 1990, les adultes et les enfants fonctionnaient avec des logiciels semblables, car ils étaient tous les représentants de la même culture traditionnelle de la lecture...

Jusqu’à ce que internet , les Pokemons, les sims et les play-stations changent le monde. Et les enfants ont changé en même temps. Ils ont développé dans ce nouveau monde numérique leurs propres formes d’imaginaire et d’appropriation de l’information.

Les enfants d’aujourd’hui disposent brusquement d’un logiciel différent des adultes. Ils sont " ;programmés ;" différemment.

Le bibliothécaire, représentant d’une génération précédente, ne sait plus que faire. La bibliothèque doit se mettre à la recherche de nouvelles formes adaptées à notre temps du travail bibliothéconomique. La meilleure façon de le faire est de transformer le bibliothèque jeunesse actuelle en un laboratoire pour les nouvelles formes de la bibliothéconomie

Des intelligences multiples

Tous les enfants ont plus ou moins d’intelligences ou de talents dans des domaines particuliers. Si nous proposons toutes les formes d’apprentissage, les enfants peuvent découvrir leurs propres forces et faiblesses.
D’après le neuropsychologue et spécialiste des sciences de l’éducation , le Docteur Howard Gardner, et sa théorie des intelligences multiples, les humains disposent de 7 domaines d’intelligences autonomes :

Intelligence langagière
intelligence logique-mathémathique
intelligence musicale
intelligence corporelle
//
Intelligence spatiale
intelligence interpersonnelle
intelligence intrapersonnelle.

Qui correspondent à des sensiblités ou capacités particulières :

Sensibilité pour les langues écrites et parlées

Capacité d’analyse logique des problèmes, de faire des opérations mathématiques et de se poser des questions scientifiques

Don pour la musique, la composition et les principes musicaux

Capacité d’utiliser son corps ou des parties du corps pour résoudre des problèmes ou réaliser des produits

Compétence théorique et pratique pour la structuration de grands espaces, et aussi l’appréhension de plus petits espaces

Capacité à comprendre les buts, motivations et désirs d’autres personnes, et à être en mesure de coopérer efficacement avec elles

Capacité à se comprendre soi-même, à développer une personnalité adaptée à la vie, avec ses désirs, ses peurs et ses compétences, et utiliser ce savoir dans le quotidien

L’expérience des espaces

repos et détente
aventure
créativité
mouvement
formation et divertissement éducatif
convivialité

À 2040 !

Pour finir, la question la plus courante par rapport au Orojet 2040 : Penses-tu que toutes ces bibliothèques vont vraiment se réaliser ?

et la réponse garantie est

Il ne s’agit pas de cela en fait...

la question est
Veux-tu qu’elles se réalisent ? Pourquoi après tout, le futur ne pourrait-il pas ressembler à cela ?

Car si nous ne réalisons pas le futur, nous ne le vivrons pas...

 

Brèves

Les actualités de l'ABD

Retrouvez les dernières actualités de l'ABD

Lire la suite