Allocution de Corinne Sonnier

Corinne Sonnier, présidente de l’ADBDP

 

Monsieur le président du Conseil général, monsieur le vice-président, monsieur le directeur adjoint du livre et de la lecture, messieurs les inspecteurs généraux des bibliothèques, mesdames et messieurs les représentants d’associations amies, mesdames et messieurs, chers amis, depuis un peu moins d’une année – une courte année –, j’ai l’honneur et le plaisir de présider l’ADBDP. À ce titre, il me revient donc de procéder à l’ouverture de nos journées d’étude. Je souhaite, tout d’abord, vous adresser monsieur le président, tous nos remerciements pour nous avoir permis de réaliser nos travaux à Périgueux en mettant à notre disposition le Centre départemental de la communication. Par ailleurs, comme vous le signaliez tout à l’heure, l’équipe de la bibliothèque départementale a œuvré toute l’année pour organiser un accueil aussi chaleureux, qui restera vraisemblablement dans nos mémoires comme celui qui fut réservé aux directeurs de bibliothèques départementales en 1990.

En 1990 déjà, la Dordogne menait des politiques innovantes en matière d’accès au savoir et à l’information. Il n’y avait pas encore d’Internet mais en revanche le travail effectué sur le catalogue départemental était à l’époque un des tout premiers. Revenir en Dordogne, c’est pour nous dresser un bilan de ce qu’Internet a pu apporter à ce type de dispositif. Votre département nous semblait une terre propice pour mener nos réflexions. Je vous renouvelle donc, au nom de notre association, tous mes remerciements pour votre accueil.

Avant d’évoquer plus en détail le programme de nos journées, je souhaite vous transmettre, de manière non exhaustive, les excuses de monsieur Benoît Yvert qui n’a pu se joindre à nous mais qui sera représenté par Nicolas Georges, celles de Gilles Gudin de Vallerin de l’ADBGV, des présidents de nos associations amies comme l’ADBU et l’ADBS. Je tiens, en revanche, à signaler la présence parmi nous, cette année, de l’Association des conseillers pour le livre et la lecture, représentée par Lydie Valero.

Les BDP et l’accès au savoir et à l’information à l’heure d’Internet : vaste et ambitieux programme, question fondamentale pour l’avenir des équipements de lecture publique et qui à l’évidence vous interpelle en tant que professionnels de la lecture publique, car de mémoire de membre de l’ADBDP, à titre personnel, je n’ai jamais connu une telle fréquentation à nos journées d’étude ni une telle représentation de nos départements (environ 75 départements sont représentés ici aujourd’hui).

À l’évidence, Internet est un outil incontournable de diffusion, présent dans les territoires. Vous parliez, monsieur le Président, de la croissance très rapide du nombre de connexions ou d’accès aux savoirs, aux loisirs, à l’offre culturelle. Outils d’échange mais aussi de mise en réseau, les bibliothèques départementales ne se sont pas trompées car elles ont majoritairement rendu possible l’accès à leurs collections sur Internet depuis maintenant de nombreuses années. Mais la question posée actuellement est de savoir comment franchir une étape complémentaire, étape que nos usagers appellent de leurs vœux : proposer non plus l’accès au contenu, mais le contenu lui-même. Ce type de réflexion laisse émerger de nombreuses questions : quels contenus ? Comment ces contenus dématérialisés seront-ils proposés en complément de nos collections matérielles ? Pour quels publics ? Comment les bibliothèques départementales peuvent-elles ou doivent-elles se situer dans ce contexte nouveau de partenariat avec des bibliothèques ou médiathèques municipales ou intercommunales ? Apportent-elles un soutien au développement de ces stratégies d’accès au savoir ? Doivent-elles les porter elles-mêmes ? L’absence de support pour les contenus annonce-t-elle pour les bibliothèques départementales un retour à une forme de prêt direct – que nous pensions enfermé dans nos tiroirs ? Quelles seront les relations entre les collectivités locales et départementales ?

À ce stade du déploiement d’Internet en médiathèque, il nous a semblé nécessaire d’en dresser un état des lieux, d’interroger nos pratiques et de dessiner quelques perspectives. Nous ne prétendrons pas pendant ces trois jours traiter de toutes ces questions fondamentales de manière exhaustive. Cependant le conseil d’administration fortement mobilisé par la préparation de ces journées, et dont je tiens à saluer le travail d’autant plus important qu’il a été extrêmement resserré dans l’année, a souhaité ouvrir quelques pistes :
- un état des lieux de l’évolution des pratiques liées à l’apparition d’Internet en bibliothèque nous sera présenté par Bruno Maresca, directeur de recherche au Credoc,
- un recensement plutôt indicatif de l’offre existant en matière de ressources numériques présenté en début d’après-midi,
- puis nous pourrons découvrir, de manière un peu plus détaillée, certaines de ces ressources et explorer quelques pistes grâce à notre collègue du Haut-Rhin, Xavier Galaup.

Nous avons également souhaité nous pencher sur les stratégies Internet développées par les bibliothèques municipales ou intercommunales dans le cadre d’une table ronde qui se tiendra cet après-midi, et, mercredi matin, des ateliers vous permettront d’échanger avec des porteurs de projets en bibliothèques départementales.

Enfin, notre collègue Dominique Lahary tentera une improbable synthèse de nos échanges.

Par ailleurs pour que ces journées d’étude soient un temps fort de la vie de notre association, nous avons décidé de consacrer une part importante de leur déroulement aux travaux de l’ADBDP. Au cours de cette année, l’activité de notre association a été particulièrement dense. Outre la préparation de ces journées d’étude, l’ADBDP a poursuivi ses travaux en matière d’évaluation et de statistiques, de formation ou de réflexion avec nos partenaires. Ces travaux vous seront présentés en fin d’après-midi, avant de rejoindre la bibliothèque départementale, à l’invitation de notre collègue. L’association réunira par ailleurs son assemblée générale ordinaire, mardi après-midi, et les orientations 2009 pourront vous être présentées avant de clôturer nos journées. Nous accueillerons alors Vincent Eblé, vice-président de la commission culture de l’Association des départements de France (ADF).

Sans plus attendre, je déclare donc, avec plaisir, ouvertes les 22e journées d’étude de l’ADBDP.