Clôture des journées-2008

- Corinne Sonnier, présidente de l’ADBDP

 

Avant de rejoindre nos collectivités, il nous reste à remercier tout particulièrement nos collègues de la Dordogne, Cécile Jallet et son équipe, qui nous ont réservé un accueil qui demeurera dans les annales de l’ADBDP [applaudissements nourris].

Il me reste à souhaiter que ces journées vous aient permis de prendre du recul, d’analyser les expérimentations en cours – qu’elles soient le fait de quelques expérimentateurs à tout crin ou qu’elles répondent à des commandes politiques. Nous sommes, pour un certain nombre d’entre nous, venu ici avec des questions sur le devenir de nos équipements, mais nous partons confortés dans les fondamentaux de nos métiers. Le premier en est, bien entendu, l’usager pour lequel les ressources numériques nécessitent un travail d’enrichissement et de valorisation, identique à celui des autres supports. Partons également du postulat que « le numérique, c’est l’avenir » [1] et que nous traversons une étape importante de l’évolution des supports de la connaissance. « Mettons-nous dans la vague », pour reprendre le schéma de Dominique Lahary. Notre mission reste, et restera, celle de la recommandation et de l’incitation à la diversité avec, à l’évidence, de nouvelles compétences à intégrer dans nos équipements. Nos métiers ont déjà vécu ce type d’évolution : je pense à l’aménagement du territoire, à la profonde mutation du métier de bibliothécaire de territoire. Mettons donc l’ouvrage sur le métier, pour que cet ouvrage soit à l’écoute de nos usagers et lançons-nous dans « la bataille de la fréquentation » [2] .

Je clôture nos 22e journées d’étude et souhaite à chacun d’entre vous un bon retour dans vos collectivités respectives.

Notes

[1] Extrait de l’intervention de Vincent Eblé, journées ADBDP 2009.

[2] Extrait de l’intervention de Bruno Maresca, journées ADBDP 2009.